Les dernières news du club sont là ! Compte rendu de course, présentation des prochains objectifs... La vie du Fontanil Triathlon racontée par ses membres.

Si vous faites parti du club et que vous souhaitez écrire vous-même vos CR ou autres articles, c'est possible ! C'est même une très bonne idée vu que le webmaster n'est pas toujours très dispo en ce moment... Heureusement, le guide "pour les nuls" est maintenant prêt. Vous pouvez le télécharger ici. Il vous permettra de tout faire vous-même. Et si vous n'y arrivez pas, pas de soucis, parlez-en à Stéphane G.

Les salamandres au Mont Blanc et Ardèche.

publié le 25 août 2015 07:31 par Sébastien E.   [ mis à jour : 25 août 2015 09:24 ]

Ce week end plusieurs courses étaient au programme des salamandres, à l'Est pour le M et L du Mont Blanc, S de Lausanne et à l'Ouest dans l'Ardèche pour le L des Gorges.

Que de bons résultats avec un podium master pour Isabelle sur le L des Gorges.

Erwan termine 37ème en 5h51 sur le L du Mont Blanc
Résultats: ICI

Philippe se classe 116ème en 3h14 sur le M du Mont Blanc
Résultats: ICI


En ce qui concerne les Gorges de l'ardèche, c'est Rémy qui récupère la brouette du jour, il termine à la 48ème place suivi par Nico S à la
151ème place, Isabelle (1ère V1) à la 179ème place, Pierre M à la 257ème place et J Marie à la 288ème place
Résultats: ICI


Quant au petit Suisse de Benjamin il nous représente hors de nos frontières sur un S à Lausanne. Il termine à la 15ème place sur 550.

 
   
 
   
                                           












Erwan:

ce week-end avait lieu mon gros objectif de l'année: l'Half iron mont-blanc (ou triathlon longue distance de Passy).
Je dors sur place la veille, départ à 9h15. La chaussée est mouillée, il pluviote, tout le monde commence à psychoter dans le parc à vélo. Le matin, j'ai gonflé mes pneus seulement à 6 bars, en me remémorant une phrase du boss (je suis pas sur que ce soit mot pour mot): "y a que des triathlètes pour être assez c... pour gonfler au taquet quand il pleut". Merci boss, tous les autres avaient gonflés à bloc et sont descendus sur les freins.
Bref j'anticipe un peu.


Départ natation tout bien, je me fous derrière Colin Arros pour les premiers mètres histoire de pas prendre de coups, je prends mon rythme beaucoup plus lent après. Pas une baffe de prise, orientation tout à fait correcte, je sors en 33', à environ 8' du premier mais seulement 5' des favoris. Pas forcer un poil, plutôt bien glissé, et y encore plein plein de vélos dans le parc. L'année dernière j'avais pris plus de 10' sur seulement 1500m.
Transition un peu compliquée avec de l'herbe coupée trempée qui vient se mettre partout, dans les chaussettes, le dérailleur, ...
J'en profite pour remercier Rémy, Seb et Rico notamment pour les petits conseils à la piscine, ça a l'air de rien mais j'essaye d'écouter et d'appliquer à chaque fois. Et ça commence à payer.


Vélo enfourché, 1,5 km de plat juste pour gober un gel et boire, et paf dans le pentu. Coup de cul de 1,5km, redescente, et hop on repart pour 6km de montée entre 7 et 10%. Je remonte quelques places. Première vraie descente un peu technique, ça tient nickel alors je décide de faire des descentes "agressives". Je reprends une dizaine de coureurs à 30 à l'heure, petit coup d'oeil au compteur je suis à 60... Y a bon.
Pas de répit, dès que ça descend plus, c'est que ça remonte. Grosse montée sur Cordon, y a des bons passages raides, la fin est un peu plus roulantes avec des enchaînements mini-descente/remontée à ne plus savoir quoi mettre comme braquet. je me sens bien, et dès que quelqu'un me reprends je recreuse à fond dans la descente. Point négatif, j'ai une douleur sur le côté droit du ventre, surtout en montée, l'impression d'avoir une grosse bulle un peu en-dessous de la cote...
Fin de la première partie vélo après un faux plat vers Saint-Gervais, la longue descente rapide sur Passy. On rejoint alors le parcours du CD, avec un bon coup de cul de 1,5km entre 10 et 15%, puis le début de la montée vers le plateau d'Assy où c'est quand même bien raidasse. En bas de la montée on m'annonce 32ème, je remonte quelques positions (3), en gérant la montée finale vers Plaine-Joux plutôt en cadence/souplesse. Je bombarde la descente bien technique (mais sèche) et remonte encore 2-3 places. En bas, un aller-retour tout plat sur 8km, pas trop ma tasse de thé, j'essaye de pas trop me faire enrhumer par les grosses cuisses qui reviennent de l'arrière mais en essayant de garder des forces. 3h26 de vélo pour 85km et un peu plus de 2000m de déniv avec beaucoup de pourcentage (en fait, y a aucun moment roulant sauf le plat final), 2' de plus qu'Alexandra Louison, je suis happy :D.


Je pose le vélo, transition très rapide et je pars à pieds. Encore mieux qu'à l'entrainement, les jambes sont nickels! Les 7 premiers kilos entre 4'10 et 4'20 selon le terrain. Malheureusement, je suis encore rattrapé par des soucis de diaphragme, je m'y attendais avec la douleur présente depuis 4h. Je décide de m'arrêter 2' au 8ème kilomètre, ça va pas trop mal après, c'est parti pour 3km de trail avec un bon 100mD+, ça fait mal à ce moment là de la course.
Sur le plat de retour, je suis bridé par ma respiration à un rythme d'endurance, mais j'arrive à peu prêt à gérer (5'/kilo).
A 4 bornes de l'arrivée, je suis pris de spasmes façon nausées mais sans rien, je continue en trottinant pour finir, avec de nombreux arrêts. A la fin, j'ai hyper mal aux jambes, froid, soif, du mal à respirer, mais j'arrive à atteindre la ligne. 1h48' pour 20km avec 120 mD+, je visais 20' de moins mais après tout c'est quand même pas si mal.


Au final, 37ème place en 5h51, à 1h10 du vainqueur Victor Debil-Caux, pour donner un ordre d'idée de la déconfiture la troisième féminine qui me dépasse à 4 bornes de l'arrivée me met 10' dans la vue!
Et puis j'aurais peut-être quand même explosé même sans mes soucis.


Bref après cette grande tartine, je suis quand même hyper satisfait de mon entrainement avec beaucoup de D+ à toutes les sauces en vélo et toutes mes descentes à fond à l'entrainement m'ont transformé de flippé du slip (ou de la trifonction) à descendeur plutôt correct qui prend énormément de plaisir en descente. Et les premiers kilos à pied, comme à l'entrainement, preuve que les jambes étaient bien préparés. une erreur tactique quand même, je me suis toujours entraîné avec un petit bidon pour boire très régulièrement une petite zipette afin de ne pas "surcharger" mon estomac très capricieux, je voulais faire la même chose mais impossible de trouver de l'eau avant la course... Alors je suis parti sans mon bidon. Erreur que je ne referais pas, parce que OUI, je vais en refaire! Passage chez le toubib, cette fois-ci les symptômes se sont bien passés les uns après les autres alors je vais pouvoir lui faire une chronologie détaillée des événements.


Jusqu'au blocage et surtout jusqu'aux nausées, j'ai pris du plaisir sur tous les segments (même la nat!!!!), avoir le top 20 en ligne de mire était aussi vraiment grisant. Après un retour sur court en début de saison prochaine, je me retenterais peut-être ce format si j'arrive à régler mes soucis, histoire de vraiment concrétiser par une perf.


Je conseille vraiment ce triathlon à ceux qui aiment le dénivelé, toute proportion gardé ça fait un mini LD de l'Alpe, mais avec la course à pied en vallée, et l'orga est hyper cool.
                                                                    -------------------------------

Philippe:

Le L m’aurait bien tenté , mais en plein prépa Millau ,avec un volume vélo très réduit et l’obligation de recourir à J+2 pour caser les heures de cap prévues cette semaine , j’ai préféré la sagesse en m’alignant sur le CD (M), (couplé avec le CD de l’Alpe d’Huez pour un challenge Montagne)

Il fait chaud ce samedi après-midi au bord du lac de Passy , toujours aussi idéalement placé face au Mont Blanc.

J’ai bien profité de la piscine cet été , donc la natation se passe bien ; a 350 , ca ne bastonne pas trop et je sors en 27’ de l’eau, dans les temps prévus et fin de 1er tiers.

Transition pas trop mauvaise et c’est parti pour 46 bornes de vélo , 900mD+ et notamment la montée sur Plaine Joux. Après une dizaine de kms de chauffe, nous voilà dans les pentes.

Je ne me fais pas trop doubler pour une fois. Je croise quelques connaissances du tri-salève . Passage au dernier ravito (je l’ignore à ce moment là) à 4kms du sommet … Je termine ma gourde avant de me lancer dans les descente assez tortueuse.

Résultat : pas de flotte pendant 40’ sous le cagnard (erreur de débutant…) . Je boucle le vélo en 1h57 : moyen comme chrono , mais visiblement, y’en a que 120 devant moi en vélo.

Transition éclair en 40’ …J’avale 2 verres d’eau à la sortie du parc, et, bonnes jambes , pars comme un voleur à 15km/h…. Crucifié par une crampe au quadri au bout de 2 bornes , je dois m’arrêter, masser , étirer, je me traine jusqu’à la fin du 1er tour… 2nd tour un peu mieux, mais train de sénateur (cardio à 115 pulses) pour éviter le retour de crampes… 47’30 sur le 10km … bof !

Je boucle l’affaire en 3h14 , très homogène pour une fois sur les 3 disciplines, 116 sur 350 , 7ème V3 sur 24 …sans les crampes je rentrais dans les 100 … la prochaine fois, je m’arrêterai 20 sec pour remplir mon bidon à vélo J

A priori on était 2 Fonta : bravo à Bruno qui récupère une mini-brouette

                                                                                    --------------------------
UI
Isabelle:

Pour ma part, je me suis inscrite à ce L en prépa de Millau, histoire de travailler l’endurance. Après une rencontre malencontreuse avec un c….. de border collie lors d’une séance de CAP au fin fond de la haute-loire il y a 15 jours et deux jolie marque de crocs dans le mollet, nous voilà au départ de ce beau triathlon.

Petit stress au lever car il a plu dans les Cévennes où nous logeons à 60km du départ mais heureusement rien à St Martin où les vélos sont justes humides de rosée. Préparation sans stress avec les autres Salamandres, Nico, Jean-Marie et Pierre toujours à la bourre !

Natation baffes et cailloux mais sans rencontrer le fameux îlot que l’on va pouvoir débaptiser (cette année, ils avaient mis un canoé pour le signaler quand même !), temps pas terrible mais pas nagé pendant 3 semaines donc…

T1 pas trop mal avec une petite crampe à la cuisse à essayer d’enlever la combine debout car le parc est vraiment rikiki et s’assoir c’est prendre le risque de se faire écraser. Petit coucou à Jean-Marie qui arrive quand je repars.

Vélo magnifique en surveillant tout de même la pluie qui finit par tomber un peu sur la fin du plateau des gorges et reste localisée là-bas donc retour sans stress sur St Martin. Jean-marie m’a doublé au bout d’une dizaine de km et je surveille si Pierre ne revient pas. Sympa de croiser tout le monde sur les hauteurs des gorges même si Nico le barbu est difficile à reconnaître !

T2 que je pensais rapide car je prends le parti de ne pas mettre de chaussettes dans mes chaussures ultra light

Et c’est parti pour ce que je préfère… la course à pieds où je prends mon pied à remonter quelques-uns de la centaine de triathlètes qui m’ont doublée à vélo !!! Le parcours est complètement fou avec le pont de kayaks sur l’Ardèche, la remontée sur Aiguèze type Bastille, des vires-vires dans le village pavé, montée dans les vignes, redescente sur ST Martin, remontée AR avant de traverser l’Ardèche sur le pont et de nouveau une belle montée/descente pour finir la boucle….qu’il faut faire 2 fois ! Le pied …et quelques ampoules. Je double Jean-Marie, aperçois Rémy qui arrive et croise à la fin Nico sur son final ! Le tout sous les encouragements forcenés et appréciés de la famille Schiff, merci !

En résumé, objectif atteint : faire du long sans se blesser en étant bien tout le temps, pas de pb d’estomac pour la première fois (est-ce parce que je suis coooool maintenant ? Merci Sebastien B. !!?). Le plus : faire une course avec mon chéri même si je ne l’ai pas beaucoup vu pendant!!! Le plus plus : podium 1ere Master femme puisque parmi les 5 premières au scratch, il y avait 2 masters et que sur ce triathlon, ils ne doublent pas les récompenses (contrairement à Doussard). Je repars donc avec un magnum de pinard, des antirides Melvita (ben oui c’est pour les masters !!!) et un home trainer de chez intersport (où l’on fixe le velo dessus) d’une valeur de 100€ et que je vais revendre moitié prix sur le Bon coin (si vous connaissez qq’un intéressé ????). Et là, tant pis pour Coco mais vive les inégalités Homme-Femme : le premier Master homme repartait avec un Kayak…. Pratique à ramener à la maison et indispensable à tout triathlète qui se respecte !

                                                                            ----------------------------

Nico S:

triathlon de fin de 3 semaines de vacances , post saucisson, pâté, pinard....bref ...préparation au domaine de Chaussy en Ardèche la semaine passée ( bien sympa pour un stage club) : bref le dentiste est prêt en Natation et Vtt (le vélo route ça le fera), et 3 sorties d’1h en cap en 3 semaines sur du plat...advienne que pourra :

Samedi petit échauffement avec J Marie en vélo, on retire les dossards et on place les vélos dans le parc (et oui, en Ardèche ça rigole pas, obligation de déposer les bike la veille).
Dimanche : temps idéal, 20°, soleil au début , on se retrouve 5 Salamandres dans le parc, bien sympa, le couple infernal, J-Marie , Pierrot et moi.

Départ 7h30 : 338 partant :
- Natation 1900 m : eau à 23°, combis autorisées (de justesse, ouf !) : 1 ière fois pour moi dans une rivière : très sympa mais parcours un peu tortueux du fait qu’ils ont balisé avec des bouées noires, jaunes et rouges (pour indiquer les parties peu profondes et l’aller retour)...bref il faut presque avoir fait bac + 6 pour s’y repérer..et le temps de calculer la tangeante à la bouée noire et le carré de l’hypoténus de la bouée jaune pour éviter les rochers et” l’ilot de la Presidente”...bing un coup de pied dans la gueule et une droite dans la nuque !.....bon c’est un peu exagéré mais à peine...bonne glisse...bien content sortie en 38’ ....je rentre au parc et voit Rémy partir en vélo (cette fois il a triché il a coupé les manches de sa combi..trop facile à enlever ...il part sans moi....je ne le reverrai plus jamais !

- Vélo 77 km : 1 boucle dans le Gard (+ beau département de France) + un aller retour dans les gorges de l’ardèche : 1000m D+ : + de la 1/2 du parcours est fermé à la circulation, ça s’est quand même génial , que de la bosse avec plein de changement de rythme et de plateaux-pignons, bref je me suis bien régalé : 2h34’ ( à 11’ de Rémy sur cette distance, je prend !) : les nuages se font de + en + menaçant , ouf on aura pas eu la pluie sur la partie vélo !

-CAP 18.5 km (en 2 boucles) et 360m D+ au total : ils sont fous ces Ardéchois ! ça ressemble plutôt à du trail pour moi ! pas du tout préparé à ce parcours de malade ! rien de plat ! ou çà monte ou ça descend ! ils ont même fabriqué un pont en bois sur des canoës pour traverser la rivière où il est interdit de doubler (ça tombe bien , j’avais pas l’intention...moi ça m’aurait arrangé sur tout le parcours cette règle !!!)...une crampe tenace au km 7 me fait m’arrêter/marcher 5 ‘ et puis disparaitra ....un rythme de sénateur ( 10.5 km /h de moyenne je crois !) ....je finis le dernier 1/4 d’heure à papoter avec un basque super sympa , on a le même rythme, impeccable.....je surveille quand même Isa , on sait jamais !!!

Au final, bien régalé quand même : 5h05’ , 151 ième...mais bien content car “qu’à” 29 ‘ du Président, ce qui sur cette distance et connaissant le gaillard, me satisfait pleinement... et la pluie commence à tomber...ouf !
Bravo particulier à Isa, tu m’a vraiment impressionné, chapeau ! ton souffle n’est plus loin derrière.....

Merci à ma ptite famille pour les encouragements...sans elle le 2 ième tour cap aurait été très difficile pour moi !
                                                                -------------------------------
Benj:

Natation pas trop mal, je trouve un bon rythme des le debut et la transition est assez reussie malgre une cheville recalcitrante qui bloque la combi.
Ensuite gros orage pendant la course du coup apprehension de retomber (chute en Juillet) dans un virage du coup en flippe tout du long dommage car je perds pas mal de temps.
T2 assez rapide et course a pied pas trop mal vu le peux d'entrainement du moment.
Au final 10e de ma vague et 15e au scratch mais les conditions n'etaient pas les memes pour ceux qui partaient 20' après!
Visite du musee olympique (a faire sur Lausanne) et glace sur le port de plaisance pour la recup!



                                                                                                

Championnat de France d'Aquathlon à Baraqueville.

publié le 1 août 2015 01:16 par Sébastien E.

Le week end dernier avait lieu les championnats de France d'Aquathlon à Baraqueville près de Rodez dans l'Aveyron. La famille Emery au complet (sébastien en master, Loan en minime et Rémy en benjamin) y ont participé et représenté le Fontanil triathlon au niveau national chez les jeunes.

La 1ère course de la journée a commencé par les séniors/masters sur 2000m de natation et 10 kms course à pied. Sébastien terminera à une honorable 33ème place au scratch et 9ème vétéran (6ème V1) en 1h13'15.

L'après midi, place aux courses des jeunes, le niveau est incroyable ça nage et court à une vitesse affolante pour des jeunes.
Pour Loan et Rémy leur épreuve se déroulait sur 500m de natation et 2.5kms de càp sur un terrain vallonné.

Loan terminera à une 38ème place exequo en 19'13 et Rémy 32ème en 20'50.
Pour leur 1ère année dans leur nouvelle catégorie c'est une belle performance à ce niveau, prometteur pour l'an prochain.

Résultats: ICI


Fin Juillet à l'Alpe Huez.

publié le 1 août 2015 00:43 par Sébastien E.   [ mis à jour : 4 août 2015 09:56 ]

Félicitation à nos athlètes juillétistes pour leurs performances sur le duathlon,Triathlon longue et courte distance de l'Alpe d'Huez.

Mercredi avait lieu le duathlon distance S auquel participaient 3 salamandres:  Erwan, Greg et Pierre.
Ils terminent respectivement 94ème en 1h45'22, 146ème en 1h55'42 et 189ème en 2h03'16


Hier c'était la distance XL avec 2.2kms de natation dans une eau froide 120kms de vélo avec 3 cols et 20kms à pied
Seul Loïc s'y était lancé, il termine à une très belle 88ème place en 7h03'18

Le samedi 01 Aout sous un déluge et une froideur impressionnante s'est déroulé le triathlon distance M.
2 Courageux salamandres y ont participé, Pierre J et olivier B
Ils terminent respectivement 249ème en 2h26’06 et 504ème en 2h44’57.

Erwan:

La journée commence par une récupération de Greg en stress avec une roue dont il ne peut pas gonfler le boyau, on verra ça au village partenaire, pour l'instant direction Huez. Tout va bien avec le fourgon jusqu'à ce que d'un coup il se mette à faire un bruit de ouf, pot d'échappement cassé. Pas grave, mais je pense qu'on m'a entendu arriver alors que j'étais encore au pied de l'Alpe... Un tympan en moins et Greg file réparer sa roue, je croise Loïc et ses enfant dans le Vieil Alpe, puis on récupère Pierrot. Dossards, remontage boyau, on mange et direction le départ.

Je me place assez mal au départ alors ça bouchonne sur 500m, je me dis que comme ça ça m'oblige à partir doucement, sachant que les 2 premiers kilos de CàP sont plutôt montants en forêt. Je commence à bien remonter petit à petit, met une belle mine dans la descente, puis longue ligne droite pour revenir vers le parc à vélo. J'ai géré assez pépère la CàP: 6,5km en 25'40.

On prend le vélo, 1,5km de plat et c'est parti pour l'Alpe. J'ai peur après l'avoir monté en camion, finalement tout se passe bien. Je remonte beaucoup jusqu'à la Garde, un peu moins après, mais quasiment à chaque virage je mets une bonne relance en fréquence qui me permet de gratter des places. Dans les rampes par contre je gagne rien sur personne... Arrivée à la ligne de chrono du Vieil Alpe après 57'30 d'ascension, je coupe un peu l'effort sur les 2km de faux plat pour récupérer. Je pensais qu'ils étaient pas comptabilisé dans la montée, sinon j'aurai forcé pour tenter de passer sous l'heure. Bref, après avoir déchaussé un km trop tôt, retour au parc en 1h06'40.

Deuxième course à pied à l'arrache, c'est pas très long mais pas tout plat quand même. 2,7km à ma montre en 11'55, je finis complètement occis mais très content. Je croise Greg qui débute sa boucle pas longtemps avant que je finisse. Au final, ça donne ça:
DOS.
   
TEMPS
CAT/RG
SEXE/RG   RG/CAT
RG/CAT
RG/CAT GRIMPEE DE L ALPE
RG/CAT

94 59 COZ ERWAN 01:45:22.87 MS2 / 25 H / 87
00:26:47.54 108 / 26
01:06:40.73 93 / 25
00:11:54.60 96 / 21 01:02:47.00 95 / 26


C'est assez homogène je trouve, première course à pied je pense qu'il y a eu pas mal de monde en surrégime. Beaucoup de plaisir et une bonne forme, c'était sympa d'être là avec Greg et Pierre quelques minutes derrière. La prochaine fois j'aimerai bien forcer jusqu'en haut pour faire moins d'1h, maintenant que je sais où est pris le chrono officie.
                                                                            -----------------------------
Greg:

Mon CR commence en fait mercredi dernier, oui 1 semaine avant (vous allez vite comprendre). En discutant de roue (carbone vs alu, pneu vs boyau etc.) un pote me propose de me prêter ses super roues carbone boyau 45mm. Là je dis oui oui oui. Je rentre à la maison en vélo, pas de soucis, puis pas du tout le temps de tester donc je ne retouche plus la bicyclette. On arrive au jour J... je sors le vélo 15 minutes avant le départ pour le RDV avec Erwan et là, les 2 roues à plat. Panique à bord, je gonfle la roue avant sans problème, mais impossible de gonfler la roue arrière. J'appelle le pote en pleine conf cal au taff... la valve est fermée mais inaccessible ! Bon ben on part comme ça on verra là-haut. Effectivement je me fais réparer / coller / gonfler le boyau sur place. Je fais gaff en descente et tout ira bien jusqu'au bout: gros coup de panique quand même.

Pour la course, on voit que la météo n'est pas au top, mais ça va. La pluie commence à tomber légèrement un peu avant le départ, mais quand tu as la tri fonction du Fonta et le dossard sur le dos, il fait toujours beau (au moins dans la tête). 
Départ CAP assez rapide, je ne m'affole pas mais je vois que j'avance vraiment bien, au point où je me dis au 4e kil "détend-toi sinon ça va péter trop tôt". Je boucle la CAP en 28'45 pour 6,4 km (13,35 km/h, c'est énorme pour moi surtout avec un parcours très vallonné dans les bois) avec de supers sensations, donc je suis super content en encore bien frais.
Départ vélo avec quelques virages et passages sous pont pour rejoindre rapidement la mythique montée de l'alpe. Je me sens bien dès le départ, je gère bien les premiers kil très raides, passe la garde en 14'30, et fini sur un bon rythme tout le long. Je termine le vélo en 1h11 avec une montée en 1h03, soit quasi 4 minutes de moins que l'an dernier... super content !
Départ CAP en haut où j'entends des encouragements lointain de Loic à priori, ça fait super plaisir ! Un peu de mal à partir, pas trop vite sur le premier kil puis je lâche les chevaux sur le retour, j'ai 2 poursuivants au fion ! Je termine en 12'44 pour 2,67 kil soit 12,6 km/h de moy. Peu pas faire mieux moi !

Au final, 92% de FCM de moyenne, 1h55:42' (je visais moins de 2h00), 146ème/321 à l'arrivée (45% du classement), 18ème/40 en MS4. Ben je suis super content, j'aurais difficilement pu faire mieux...

                                                                                ----------------------------------
Olivier:


Et oui, y a des jours comme ça où il faut faire comme rico : rester au chaud!!

Pourtant, cette année, ce devait être une belle épreuve,  je me suis bien préparé. Pas pour être bon!!! car je n'ai jamais essayer de m'entraîner suffisamment pour, mais juste me rapprocher des 2 h 35!! Avec mes 2000km au compteur et un bon entraînement en nat et càp.

Mon week end à l'Alpe d'huez devait constituer le début de magnifiques vacances après une bonne année de boulot! et un gros mois de juillet d'entrainement!

Et bien...tout autrement !! ça commence vendredi soir où nous avons déjà du mal à obtenir les clefs de l'appart : quels enculés dans cette agence : on y était encore à 20 h avec les gosses dans la voiture : enfin, un détail!!

Le lendemain, jour J : juste avant le retrait des dossards, j'apprends le décès de ma grand mère que j'aimais bcp!! une petite larme plus tard, je récupère mon dossard ...

La pluie ne cesse de tomber (normal, c'est une journée de merde!) et je rejoint le départ : pour ceux qui connaissent, il faut descendre à vélo  par villard reculas.

J'arrive glacé, trempé au départ. 

Dans le parc, je me dépèche pour enfiler ma combi qui va me sauver du froid et là : Aïe!!! merde, je reste bloqué du dos (le comble du kiné, oui, je sais!!)?bordel, mais oui : tous les ingrédients sont là : des émotions, du stress, du froid et ...un mauvais mouvement rapide en rotation.
 J'essaye les étirements que je conseille à mes patients notamment celui de l'ilio-psoas (pour ceux qui connaissent, c'est le chevalier servant) ce qui me permet de me redresser et de finir de mettre ma combi... 

Et là, QUE FAIRE?

Rien à foutre, je décide d'essayer de nager dans l'eau chaude du lac pour essayer de débloquer tout ça mais cette balnéothérapie doit être mal réglée, elle n'est qu'à 14 degrés??

1/Comme un con, je prends quand même le Départ : l'adrénaline doit faire effet : j'arrive à nager, je verrai bien pour la suite : ça passe (22 min)  mais...
2/Sortie de l'eau : et là, horrible! impossible de retirer seul les jambes de ma combi, la colonne se bloque à nouveau. Un voisin qui me voit dans la détresse m'aide à retirer la combi. 
3/Le vélo étant un sport en décharge (pas trop mauvais pour le dos), je décide d'essayer de pédaler qq mètres pour voir... Je sais que ça fait mal surtout dans les ascensions! ça tombe bien, c'est plat jusqu'à Bourg d'oisans.... 
La légère grimpette passe pas si mal, à part les poignards plantés en lombaire.

4/La course à pied étant un sport en charge (plutôt déconseillé quand on a mal au dos, notamment le psoas en tension) , je décide de m'étirer avant de repartir (sous la pluie car c'est une J........de ......M.....). ça passe sauf dans les descentes où je suis courbé en 2 : voir photobreton si vous voulez rigoler en voyant ma gueule). 
5/ Arrivée en 2 h44 57 !

L'Ostéo à l'arrivée tente de me débloquer  mais il faudra bien encore une semaine pour tout remettre en état !

Aujourd'hui, lundi, ça va beaucoup mieux! Ma femme est contente de me masser pendant ses vacances.



Triathlon des Collines.

publié le 22 juil. 2015 05:49 par Sébastien E.

D'accord mais ce sont lesquelles de collines ?
celles de st barthélémy de Vals, près de St Vallier dans la Drôme.

Format S (oui je laisse de côté les M qui servent juste à filer des points au Schiff et l'entendre se la ramener pour le restant de l'année)
Environ 220 inscrits je crois, je ne sais pas exactement, quand j'ai quitté les lieux ils en étaient à 210 arrivés.

Pas de Mathieu pour te tenir compagnie cette fois-ci, cet espèce de grailleur de point sur mon dos ! donc tout seul.

Les organisateurs s'attardent à présenter soit disant le champion de Belgique de triathlon, tout beau avec sa tri aux couleurs belge, sauf qu'à la fin du discours de l'arbitre, sur un moment de doute vu que la sono marchait mal, on a entendu "plus que quelques minutes avant le DEPART"
avec le mot "départ" hurlé dans le micro (sous entendu qu'ils ont retrouvé le volume de la sono juste à ce moment là).
et que fait le Belge ? il part en sprint dans l'eau croyant au départ réel, mais tout seul. Il a fallu 3 kayakistes et 200m au moins pour le ramener à la raison et lui faire comprendre que le départ n'était pas encore donné.
voilà c'était juste le fou rire sur la plage et la petite blague belge donc du jour (je sais je vais me faire buter par Peter ...).

Bref, pour la course je sors 54ème de l'eau, je perds mes 15 places habituelles en vélo mais j'ai quand même réussi à tenir les 30 km'h de moyenne sur parcours vallonné (normal, le triathlon des collines !!!) et avec des virages en épingle à cheveux à se tuer les cuisses pour relancer sans arrêt. Et une bonne cap comme j'en prends l'habitude en ce moment, 12 places de récupérées (en prenant bien soin de doubler la 1ère féminine au dernier kil, pas de cadeau, t'es une fille alors tu vas derrière !!!! non je n'ai pas peur de me faire tuer par nos talentueuses féminines du club puisque Peter m'aura déjà tué avant (voir 4 lignes plus haut)).

au final 57ème sur 200 et quelques.

Résultats: ICI

1er Aquathlon à Aix les Bains.

publié le 22 juil. 2015 05:40 par Sébastien E.   [ mis à jour : 22 juil. 2015 05:43 ]

Hier 14 juillet, j’ai pris part à la première édition de l’Aquathlon d’Aix les Bains (Distance M). Normalement 3km de natation, mais je pense qu’il y avait 2800m environ et un peu moins de 9km de CàP.

Départ avancé de 02H00. Initialement prévu à 11H00, mais avancé à 09H00 sur demande de la préfecture. Retrait des dossards entre 06H00 et 07H00, donc levé de bonne heure…

Départ d’abord en bus pour rejoindre le port et ensuite embarquer à bord de quatre bateaux, qui nous emmènent de l’autre côté du lac. un petit air de « Norseman », sauf que la T° de l’eau est plus chaude. La combinaison est autorisé, donc je ne me fait pas prier pour l’utiliser.

09H00 top départ!!! C’est pas compliquer, il suffit de suivre le bateau qui ouvre la course. Il y est accroché un ballon gonflé à l’Hélium. Bonne idée, non?

Bon l’objectif pour moi est de nager au rythme 3800m, en prévision de l’Embruman. Je passe à 1500m en un peu plus de 29mn. Donc c’est tout bon. Je termine la natation en 56’40 » pour un peu plus de 2800m. En gérant comme je l’ai fait aujourd’hui, je peux espérer faire moins d’1H20 à Embrun. En 2008, j’avais fait 01H12, mais je ne sais pas si il y avait réellement 3800m…

Transition rapide et hop c’est parti pour la CàP. Tout de suite de bonnes sensations. Je me fais dépasser par un gars puis un autre coureur, mais celui-ci est en relais. En fait ces deux là, ont démarré trop fort. Ils ne me décrochent pas. Je les rattrape au train pour rapidement les dépasser. Je rattrape d’autres coureurs. Je maintiens toujours une bonne allure… pour moi ;-). Hop demi-tour, je fais l’intérieur à un concurrent.. Paf et un de moins. Retour sur Aix. J’arrive à accélérer le rythme. Je continue à rattraper quelques coureurs. Je me fais vraiment plaisir sur cette CàP. J’en termine en 38’08 » pour 8,5km je pense.

Au final j’en termine en 01H34’49.
Résultats: ICI

Superbe épreuve, très bien organisée.

Mathieu au championnat d'Europe distance S.

publié le 22 juil. 2015 05:37 par Sébastien E.   [ mis à jour : 22 juil. 2015 05:38 ]

Un salamandre au championnat d'Europe de triathlon distance S, Mathieu lancé pour rechercher un podium dans la catégorie Vétéran.

Malheureusement, il terminera un peu plus loin que les 3 premiers à la 17ème place.

Résultats: ICI

Cette année une bursite récalcitrante  m incite à faire un sprint plutôt qu un M . Me voilà donc sur les terres de notre Benjamin préféré . Le départ natation s effectue sans échauffement et dès le début je suis incapable  de suivre le rythme des meneurs Dommage puisque les conditions sont très bonnes ( l eau est limpide Suisse oblige ) , malgré un peu de clapot on arrive sans peine à voir les bouées et donc la trajectoire.La transition est longue mais agréable grâce à la moquette  Saint Maclou patron des triathlètes fragiles des genoux   .Les français sont regroupés mais Philippe ( Dupont ) est déjà sorti du parc . Je rattrape Christophe Boudin au début du chemin de l Impératrice puis  c est le début de la fin ...saut de chaîne et branche prise dans le dérailleur . Je repart tant bien que mal et arrive la première descente mais impossible de passer les 3 derniers pignons. Je mouline donc comme un taré entre 130 et 140 tours minutes ce qui me fait ressembler à un touriste moyen  monté sur un chameau de course .Assez déstabilisant dans tous les sens du terme . Au 3 ème tour de ce régime j en ai marre et je TRICHE franchement en me mettant dans la roue d un concurrent  . La course à pied est une vraie délivrance d autant plus que le parcours est varié et en partie ombragé . Comme souvent je part doucement mais je n arrive à doubler que sur les parties planes . La longue ligne droite finale est propice au sprint et  c est enfin un réel moment de plaisir ! Hélas le ravitaillement est minimaliste et pas le moindre morceau de chocolat ! (incroyable mais pas de jambes pas de chocolat )

Même sans ennuis mécaniques ( patte de dérailleur HS et patte de Fougères guère mieux ) j étais  très loin du podium . Les ( rares ) points positifs sont du boulot pour Dvélos  et surtout l envie de continuer le triathlon sur la distance olympique. Merci une fois se de plus à ma petite famille ,à François Gondry kiné , et au célèbre Johny Macaire dores et déjà réembauché pour Lisbonne 2016

Une 3ème victoire à Valbonnais.

publié le 13 juil. 2015 05:14 par Sébastien E.






Les France longue distance et 2 podiums pour le Fontanil.

publié le 13 juil. 2015 05:10 par Sébastien E.

Nous voilà partis à 5 (Rémy, Rico, Romu, Loïc et moi) vendredi soir dans le camion d’Isa (merci Isa !) direction le NORD !! Premier arrêt vendredi soir à Troyes et poursuite du voyage samedi matin pour atteindre Gravelines dans la banlieue de Dunkerque. Découverte des maisons en brique, des terrils, de la faune locale et du climat sibérien. Certains avaient prévu les polaires et K-Way, pour les autres, on s’est caillé ! En pensant à vous sous la canicule.

Dimanche matin, le temps est couvert, le vent s’est calmé, la température pas trop chaude, pas trop froide, ça devrait être une bonne journée. Ça fait maintenant un mois que j’angoisse pour ces 3000m de natation mais nous y voilà ; je n’ai plus le choix, il va falloir y aller. Départ des élites et féminines en premier, les garçons suivront 10 minutes après. La natation, c’est vraiment pas mon truc alors j’essaie de gérer ça comme je peux… Je me retrouve très vite toute seule en voyant le peloton qui se détache inexorablement devant moi. Je me retourne de temps pour me rassurer et voir qu’il y a toujours des filles derrière moi et je prends mon mal en patience et essayant de ne pas trop m’asphyxier et me faire bousculer par les premiers hommes qui me doublent comme des avions. Sortie de l’eau en 56’47. 17 minutes derrière les premières filles !! Il y a largement de quoi progresser.

La première partie vélo se passe bien avec le vent dans le dos et un profil bien roulant comme j’aime. Je me fais doubler par Romu et Rico dans les premiers kilomètres, un peu plus loin par Loïc puis Rémy au milieu du parcours ; ça fait plaisir de les voir. Une première moitié de parcours négociée à environ 36 km/h de moyenne, tout se passe bien. Et puis on fait demi-tour et là, le vent de face se renforce et je commence à sérieusement peiner. Je me permets de prendre un peu les roues à 10 km de l’arrivée, raisonnablement ( !) puisqu’un arbitre m’avertit sans me mettre de carton. Ouf ! A 5 km de l’arrivée, je sens quelques gouttes tomber sur mes mains donc je lève le nez et je vois en face de moi des éclairs et du vent en tempête qui m’arrive dessus. 10 secondes plus tard je me prends des seaux d’eau sur la figure. La pluie commence à me piquer le visage de plus en plus jusqu’à ce que je comprenne que c’est de la grêle ! Elle tombe tellement fort que je commence à prendre peur que ça me casse le casque. Je finis le parcours vélo tant bien que mal en évitant une belle chute dans un virage devenu particulièrement glissant avec la pluie. Un mec derrière moi n’a pas eu cette chance, ça fait du bruit un vélo de chrono qui se retrouve par terre !

J’arrive dans le parc, il pleut des cordes et je me félicite d’avoir mis mes chaussures de course sous un sac étanche. Le temps que je les mette et que je sorte du parc, elles sont trempées… Au programme du semi, de la pluie, du vent, des passages dans 20 cm d’eau, des zipettes dans la boue et 2 montées sur un terril, que du bonheur ! Je fais un premier tour correct allure 4’45-4’50/km et puis je flanche sur le 2eme pour terminer les 21 km en 1h45.

A l’arrivée j’espère voir les garçons m’attendre avec un morceau de panini maroilles, comme ils me l’avaient promis, mais je vois qu’ils ont préféré se mettre à l’abri. Bravo la solidarité ! ;-) Je passe la ligne et le speaker m’annonce 1ère sénior 4. Je me marre, il a du se tromper ! Ah ben non il me le confirme en direct. Ça alors ! Je ne m’attendais pas à ça. Je retrouve les garçons en grelottant, j’ai du mal à parler tellement je claque des dents. 20 minutes après il fait beau et chaud. Mais qu’est-ce que c’est que ce pays ?!

Podium pour Rico et moi, explication du protocole, maillot tricolore, la totale ! Et une marseillaise en prime pour tous les vainqueurs. Une belle expérience !



Pauline 1ère place en S

                                                                                  


                                                                                       Rico 3ème en V2



Nous partîmes à 5 pour revenir à 5 , belle course d'équipe .....pour une fois !
La chance ne me quittera pas du week-end puisque je gagne les 3 soirs, à la courte paille,   le lit simple du haut de la chambre des Formule 1, YES !!!
Ne pas dormir avec la quenelle du boss dans le dos, c'est mieux au niveau décontraction, hein Rémy !

Nous arrivons sur Gravelines le samedi, récupération des dossards, mange mange au Flunch et là c'est le choc: l'alimentation des ch'tis est différente en quantité mais aussi par nature !!! Méfiance méfiance ....
L''après midi une petite reco de 45 kil sur le  parcours, et là c'est  l'excitation totale un parcours non plat avec de bonnes relances, bref de quoi passer un bon, très bon moment en prise sur le 52 x11  !!! Trop bon.
Après une bonne nuit au frais (et oui 19°), on attaque la mise en condition .

Natation: 3 bons kilomètres de nage sans échauffement dans l'eau. L'échauffement dans l'eau est interdit sur un championnat(sic !) mais heureusement pour nous la combi est autorisée. Pour moi, c'est toujours la même problématique comment être dans l'effort sans s'endormir. Bon là, ça marche pas super bien, il y a du avoir plus de phases d'endormissement que d'effort. Je sors à presque 3' du temps secrètement espéré, merde ! L'absence d'échauffement ? L'esprit ailleurs ? Et pourtant Seb, j'ai bien pu poser ma nage, peut être trop  !!

T1: très très longue: Alors que j'étais en train de bricoler, de refaire ma mise en pli, je vois le boss arriver et repartir aussitôt, merde il me met 45" !!! Difficile, voir impossible de lutter avec un pompier au changement, ils sont un peu comme notre Chirac, 5' douche comprise !

Vélo: 2h17': Le départ n'est pas  très roulant avec quelques virages bien serrés, Romu est juste devant en ligne de mire et c'est parti. On dépasse Pauline au début du parcours, mince je pensais la doubler dans l'eau !! Nous arrivons enfin sur les parties bien bonnes. On roule (de manière réglo, sans sucer, nous !) avec un gars d'échirolles et Romu, tantôt l'un tantôt l'autre devant . On passe les 40 premiers kil en presque 41 km/h km/h de moyenne, la forme est là, ne surtout pas se mettre dans le rouge.
Vers le 40 eme ?, je passe devant le boss mais au bout de 5 km, il n'est plus là.... merde je suis en position de chassé. pas le temps de la réflexion, il faut continuer d'avancer.
Comme l'a dit Pauline le vent se lève, avec quelques bonnes rafales dans le tronche pour rentrer, merde la moyenne tombe, 37-38. J'arrive donc au parc en 38,7 km/h pour presque 87 km et 450 m de D+, dommage la barre des 40 était "pétable" .... mais sans vent.

T2: un peu moins longue: Je m'attends à voir surgir notre kenyan blanc, encore une  transition pas tip top; Mon rimmel au maroille n'a pas tenu, il faut que je le réajuste. Je pars enfin . Et toujours pas de Romu, merde aurait il crevé ? 

cap: 1h26', pfff la chasse aux morilles: je pars sur un rythme de 3'55" au kil, les kilomètres passent bien, le parcours alterne goudron et...  plumes , (euh non ! on verra plus tard chez Dodo la saumure pour les plumes dans le .. ) et chemins bien sympas . Au 5 eme kil, on prend l'orage sur la courge un truc de dingue, la température baisse d'un coup, ils tombent des machins du ciel !!! Hop la bosse, il s'agit de monter sur le remblais et non pas le terril qui a été construit en creusant le bassin d'avirons et qui protège le plan d'eau des vents d'ouest dominants, c'est noté Pauline !
Environ 45 m de D+ en 2 rampes. En haut ma moyenne est passée à 3'57" au kil, merde merde le(s) lapin(s) de garenne doi(ven)t se rapprocher.
Bing 1 tour dans la poche, toujours pas de Romu, ni de Loic, ni de Rémy. J'arrive à maintenir ce rythme jusqu'au 11 eme kil mais une vilaine crampe arrive dans le mollet droit et je dois lever le pied en essayant de changer les appuis. Au 15 eme kil en faisant le tour du bassin d'aviron, j'aperçois Romu. Un rapide calcul sur le périmètre d'un rectangle et j'évalue à environ 1 petit kilomètre mon avance. 6 km à faire avec 1 d'avance, c'est bien jouable. Je ne vois pas de Loic non plus.
Alors que j'attaque la dernière montée , j'entends Pauline m'encourager "Allez Rico", il me semble qu'il y a un peu d'ironie dans sa voix.  Surement trop contente de ne pas se prendre un tour.
A 300 m de la ligne , j'entends le speaker annoncer l'arrivée du 2 eme V2, bon ben je dois donc être 3 eme alors.
La mission est (presque) remplie, podium même si quelques regrets apparaissent puisque devant c'est prenable !! Bon avec des si ...

                                                                                    ------------------------
Rémy:

Encore une super expérience que ce weekend "élargi"(merci le CNRS et surtout mon Isabelle), dans une contré éloignée aux conditions
climatiques variables et peuplée de gens à l'alimentation tenant au ventre.

Voyage sans encombre, en sens inverse des vacanciers en recherche de
soleil et de chaleur.
Grâce à l’efficacité de Pauline, nos chambres sont réservées à chaque étapes, retour au Formule 1 après bien des années, répartition dans les chambres, je vais dormir dans le grand lit avec Romu.Pendant 3 nuits, je vais occuper la place que beaucoup de filles rêveraient d'avoir car comme il fait très chaud, il dort tout nu le pompiers.........Pourvu qu'il ne pense qu'a la course dans son sommeil, je vais croiser les doigts et surtout serrer les fesses. Rico sur le lit du haut se marre bien à l'extinction des feux.
Ceci étant dit, je peux continuer mon récit.
Timing parfait, on a même le temps de reconnaitre le parcours vélo ( 45km en vélo, le reste en voiture), cela nous sera bien utile le jour de la course.

Jour J:
Arrivés bien en avance, pas de prise de pression, mise en place tranquille, le ciel est chargé mais ça devrait tenir.
L'eau est à 23.5°, les pros nagerons sans combi, nous avec , ouf! Les filles et les élites partent 10 min avant nous.
Nous nageons dans un bassin d'aviron, l'eau n'est pas très clair, voir un peu crado, et il on laissé les bouées des couloirs d'aviron, on a en
pris un paquets dans la figures!
Départ dans l'eau, je suis bien placé mais au coup de feu je me ramasse un coup de bras en pleine tête, un peu sonné, j'attaque le combat sur les premiers 500m, après ça ira mieux.
Je regarde ma montre à mi parcours, 25', une fois de plus cette année ma natation sera nulle.....
Sortie d'eau nickel en 51' ( objectif 45!), j'ai du un peu "m'endormir", tant pis.

Changement en mode "corse", le vélo va bien se passer, je n'ai pas la prétention de rivaliser avec le 3 autres, mais grâce aux séances
réalisées avec Romu, la confiance est là , je suis bien et je grignote des places petit à petit.
Mais les routes sont étroites et la densité de concurrents augmente avec les kilomètres.
A l’amorce des 20 derniers kilomètres je me retrouve dans un groupe d'une trentaine d'éléments, un arbitrage embusqué n'apprécie pas trop et remonte à notre hauteur pour mettre plusieurs cartons noirs.
Heureusement j'ai senti le coup, j'ai mais un grand coup de frein pour me faire "lâcher " par le groupe et mimé le gars qui revient sur le
groupe.......
Un autre arbitre vient porter main forte au premier, nous allons donc faire les 20 derniers kil escortés par 2 arbitres, la vitesse passe de
37/38 à 33/34, j'essaye de passer le groupe deux fois, mais seul face au vent je suis trop juste, je rentre donc dans le rang et j'attends la course à pieds.........Tiens des petites gouttes apparaissent à 4 km du parc.
Transition corse de nouveau, la pluie et de plus en plus forte, c'est l'orage, de la grêle et du vent!
Je suis bien, mais les conditions "casse" ma moyenne, au lieu du 4'15/4'20 ciblé, je me retrouve à péniblement 4'45/4'50.
Le sol est un ruisseau, les passages en chemin sont extrêmement boueux et glissants, on se croirait sur un trail!
Le temps se calme et mes temps s'améliore de concert, je termine le semi en 1h32 ( objectif 1h30), je suis content, je ne me suis fait rattrapé que par 3 concurrents et j'ai eu l'impression d'être au max tout le long, ça c'est bon!

Les fusées sont déjà arrivées, avec des temps excellents, c'est pas une surprise ! Il sont aussi forts qu'ils sont humbles et simples, c'est
dire s'ils sont fort! Dès la ligne franchi, on cherche du chaud, car il fait sacrement froid, difficile à croire!!!!
Je tente de faire des photos des podiums de Pauline ( trop forte) et Rico ( mon modèle), malgré mon coupe vent et ma polaire, je tremble de froid, j'espère que ce ne sera pas trop flou!

Pour terminer, ce fut une excellente expérience de course et de déplacement avec des gens biens.
Merci à Romu d'avoir initié ce déplacement.
A refaire, plus nombreux, l'an prochain.


Le mythique M de PARIS.

publié le 13 juil. 2015 04:53 par Sébastien E.   [ mis à jour : 13 juil. 2015 04:54 ]

L organisation est compliquée puisqu il faut déposer ses chaussures la veille au Champ de mars . Mon père tout heureux d essayer son nouveau vélo D........ m accompagne et joue le rôle de guide . Nous passons sans encombre la place de l Etoile ( avec sa fameuse règle de priorité) ce qui restera un moment de complicité particulier avec mon Papa.


Le lendemain départ de Paris 17ème à 06h00 pour rejoindre Créteil en vélo : contrairement à ce que je pensais un moment de pur bonheur puisque la température de la capitale , vide à cette heure et presque sans voitures , est de 21° . Je passe devant l Opéra puis rejoint les quais sans trop me tromper : génial! .A Créteil -Choisy le site est sympa ( pour la région parisienne !) Contrôle du vélo et du prolongateur par un arbitre avant d accéder au parc ( presque 3000 concurrents ) .

 La natation se fait sans combinaison puisque l eau est à 27° . En raison de la canicule les algues ont proliféré dans ce bassin d aviron et il faut régulièrement enlever celles qui vous grattent et surtout celles qui se coincent dans le bracelet de la puce électronique . De ce fait la ligne droite paraît interminable . Lors de la transition nat / vélo l arbitre principal m immobilise manu militari : mon prolongateur n est pas autorisé pour les courses avec drafting . Je lui répond que l arbitre au check in ne m en a pas informé . Rien à faire la responsable ne veut pas me laisser repartir . Je tente la corde sensible en disant que je viens de Grenoble tout spécialement pour ce tri . Inflexible.Finalement les organisateurs viennent à la rescousse avec une clé à lène ( pas la bonne taille ) pour proposer de démonter l objet interdit . Accepté par Madame l arbitre puis recherche de la bonne clé . Au total une perte de temps que j évalue à au moins 5 minutes ! Je repart et rejoint des groupes de concurrents et en double mais sans prolongateur c est plus dure d autant plus que les cadors sont loin devant . Bon une moyenne de plus de 40 km/ h avec drafting c est quand même super sympa . La course à pied me fait souffrir au niveau de la bursite mais ça ne change pas ma vitesse . Le parcours est varié et sympa le long de la Seine, un peu moins dans les tunnels ( sauf pour l ombre ) .Arrivée comme celle que j affectionne sur un stade d athlétisme juste à côté de la tour Eiffel ce qui implique un sprint final .

Conclusion : pour certaines courses il faut absolument un prolongateur ponté . Dommage que sur les résultats ci-joints il n y ait pas les temps intermédiaires ce qui ne me permet pas d estimer la place sans cette mésaventure . Si Paris veut les jeux ( et donc le tri ) en 2024 il va falloir que la Mairie accepte enfin que l on nage dans la Seine lors des épreuves de triathlon à venir sans invoquer des obstacles d ordres sanitaires qui seraient plutôt économiques ( circulation fluviale et automobile , sécurité des concurrents etc ) . A refaire mais en nageant dans La Seine .

Résultats: ICI

Un nouveau triathlon à VENERIEU.

publié le 13 juil. 2015 04:46 par Sébastien E.   [ mis à jour : 13 juil. 2015 04:48 ]

Encore un podium pour Mathieu sur la course dans le 38 à Vénérieu.
2 représentants du fontanil triathlon s'y sont retrouvés.

Résultats: ICI

Pas de jaloux, un dimanche en amoureux pour nous aussi (avec mon partenaire habituel des tri : Mathieu !)
c'est vrai que ce mec planifie son programme de course en fonction des miennes pour grailler des points faciles au challenge. mais quel petit joueur !

ah oui au fait : On fait des triathlons NOUS ! non parce que se taper la discute pendant 11 heures de vélo, ou faire mumuse en courant dans les bois de st nizier en réussissant à mettre un pied devant l'autre sans faire de malaise ...... vous voulez changer de sport l'an prochain ou quoi ? 

oui c'était juste pour me faire des amis en plus ...

et sans parler du dentiste qui fait des thalasso de bain de boue avec son VTT !

Bref, je disais donc triathlon de venerieu. Mais c'est où ça Vénérieu ? A coté de Bourgoin. Format S, 196 participants.

1ère édition, ben ils ont mis le paquet sur l'organisation, des tapis rouges du fond du lac jusqu'au vélo, des bénévoles tous les 10 mètres, chaque trou bouche d'égout super bien marqué en peinture jaune, et même sur le parcours cap chaque racine d'arbre qui dépassait était peinte en jaune fluo pour la sécurité des participants.

grand luxe donc, tout était parfait pour ma course en amoureux avec Mathieu. On le fait ensemble main dans la main comme les Dupond ?
Oui oui, prends mes pieds qu'il me dit......

Sauf qu'après 8 secondes de nat ben le Mathieu est déjà à la 2ème bouée ! 
Sinon pour ma part je sors 35ème de l'eau, je ne perds QUE 15 places en vélo (31,4 km/h de moyenne) et j'en grapille 10 en cap où je retrouve de bonnes sensations à 14 km/h de moyenne.

Au final 40ème sur 196 ! Trop content de moi ! c'est trop bon d'arriver à la buvette/ravito et de voir qu'il n'y a pas de bouchon juste pour attraper une part de cake ou d'abricot sec tout pourri.

Le mat ben comme d'hab loin devant, 7ème le filou ! et 1er vétéran mais ça on s'en fout c'est toujours pareil.

Et il finira sur la table de massage entre les doigts de la charmante kiné pendant au moins 1 heure.
Pour éliminer les toxiques soit disant ..... je me MARRE !!!

1-10 of 223