Actualités‎ > ‎

Une course spéciale: la 6000D

publié le 2 août 2012 à 11:28 par Sébastien E.

CR Thierry:

Vendredi après midi, on rejoint en famille notre loc. à Belle Plagne, et temps excellent, paysage magnifique : tout semble parfait, sauf les prévisions météo… et un mollet mis en vrac 15j avant (dernière sortie longue sous la pluie à la Toussuire, contracture et début de tendinite cheville et genou… mauvaise limonade, résultat d’une prépa un peu limite …). En calmant le jeu, le bobo semblait oublié, sauf que, pas de bol, ça se réveille bizarrement et bien réellement la veille dela course (si c’est de la sommatisation, c’est balaise, mais la boule est bien là…). Donc vu les montées et surtout descentes au programme, j’y vais pas trop rassuré, ou ça passe ou ça casse.

Le lendemain matin au départ à Aime, le temps est encore sec, et toujours très chaud (22°)… donc un certain nombre de prévoyants partent en petit débardeur, tout juste éventuellement un morceau de coupe vent. De notre côté, avec mon compère de course, on se tâte (le speaker, sans doute le Alain Gillot Pétré du coin, nous annonce fièrement (véridique) qu’on a de la chance, car les conditions climatiques seront « agréables », puisqu’on va éviter les températures très chaudes des jours précédents… le con), mais finalement, on prend la totale, manchettes, gros coupe vent, buff…etc… et grand bien nous en prend…

Départ 6h, et juste avant le coup de sifflet, première averse… prémonitoire.

On part pour 15 bornes et 1500 m jusqu’à Aime 2000, début roulant, fin très raide, et temps gris mais pas inquiétant…jusqu’à passer la bosse et basculer vers la Plagne centre. Le mollet tient, à fond sur les bâtons (merci cette invention !! Y’en a qui font sans, je sais pas comment). Mais là, on découvre le panorama complet autour du glacier de Bellecôte, et les nuages noir charbon sur tout le tableau… Ca va pas faire… et effectivement, tonnerre, éclairs, et c’est partie pour 2h pluie, jusqu’au pied du glacier, avec de petites acalmies, mais du vent, et du froid. Arrivé à 2700 m (Roche de Mio), on nous annonce que la boucle qui passe au pied du glacier est finalement supprimée (peur de retrouver des congelés (en 1 ou 2 mots)). Donc un peu de frustration car c’est le vrai intérêt de la course, mais, d’un autre côté, on redoutait un peu ces 600 m D+ dans un mur en pierrier (paraissant costaud quand on est au pied, un peu comme la fin du Galibier vue depuis Plan Lachat…) dans la pluie et le vent, donc on accepte de bonne grâce.

C’est parti pour 28 bornes de descente (et quelques montées).

Le soleil revient, mais c’est bien gras et glissant, le haut est donc assez technique. On remonte sur 200 m au col del’Arpette, bien casse patte, puis on pense qu’ensuite c’est que de la descente… Ca passe vite jusqu’à Plagne Bellecôte, mais ensuite, ça devient interminable, avec souvent des faux plats montants, et avant la vallée, une longue partie en sous bois « montagne russe », le cross de St Egrève… Ayant perdu ma fiche road book, je me fie aux indications des gens aux ravito…. Erreur… on m’amonce presque chaque fois des âneries (je suis 2 fois à 10 km du but, à 4 km d’intervalle…).

Bilan, ça tiraille fort dans la jambe gauche, et je suis sur le frein une grande partie de la descente (sauf les 5 derniers km, la tête dit oui), je me fais doubler sans arrêt, des vieux des jeunes, peut être bien 30 ou 40 …

Même sans glacier, content d’arriver, enfin, dans le village. 6h50 pour les 55 km et seulement un peu moins de 2800 m D+ (y sont où les 4000 m annoncés ?), 181e au final sur environ 1100 arrivants, satisfait de rien avoir cassé, mais un peu déçu de pas avoir vraiment eu le paysage, et de ne pas m’être fait plaisir en descente (sauf que le lendemain, je peux marcher (pas flamboyant certes), alors que dans la station, on repère de loin les clopinants dans les escaliers, excellent…).

A refaire ? Peut-être pour le glacier…

2 photos, une de l’arrivée en vrai, où l’on peut constater la réactivité de mon staff technique, prompt à me tendre la chips, une seconde en sketch comme les vrais

Bonne vacances à tous (bon courage à ceux qui reprennent), en attendant les exploits d’Embruns (vu l’entrainement de nos 2 amis, ça promet…)
Comments