Actualités‎ > ‎

Marathon de Paris

publié le 13 avr. 2011 à 23:08 par Romuald G.   [ mis à jour le·14 avr. 2011 à 23:57 par Stéphane G. ]

Récit de Nico

Arrivée samedi 15h00 , ramassage moto du cousin et direction porte de versaille retrait du dossard (500 m de file d'attente !!) et visite des stands : je croise 5 min Oliv qui lui repartait. Beau stand de la FFTri avec piscine de 20 m de long , vélos d'appartement et tapis de course : bonne idée pour faire découvrir le triathlon.

Soirée tranquille en famille, réveil 6h45 et mon gatosport, RV fixé avec Oliv pour la photo à 7h45 arc de "triomphe"...stockage des affaires dans les top case de la "triumph" en effet bien pratique. C'est parti, le pancho sac plastique poubelle est quand même le bienvenu, direction sas 3h30 (merde rien que de l'écrire j'ai encore les boules !)....on dépose le cousin au sas des 4h, et nous dans le......et maintenant on attend...30 min...suis quand même impressionné du monde discute un peu avec Oliv mais pas trop serein quand même.

Top départ, 3 min à pietiner avant de franchir la ligne et ça démarre au chrono de ma montre sur un sous rythme sur 3 km , je décide alors de prendre le trottoirs comme beaucoup d'autres pour aller à mon allure fixée : montée descente des trottoirs jusqu'au 8 ième km , suis pile poil dans les temps (5' /km) aux 10 km et 15 km sauf qu'apparait à ce moment une petite pointe au quadriceps droit :(3 km avant la petite tappe amicale d'Oliv : "tout va bien ? ," oui oui !! ...(en fait non !) pas de panique elle ne m'empêche pas de passer le semi en 1h45 comme prévu et les 25 km en 2h05 aussi prévu...et là, la tuile, descente dans le long tunnel et la pointe au quadriceps devient une enclume ! puis perte de la reception gps dans le tunnel..tout va mal..plus aucun repère..chaleure moite, ça pue.....putain faut que je sorte de ce tunnel de la mort.....j'arrive au 30ième en limitant les dégâts (je tourne en 5'30 " !!) : 5 min de retard en 2h35 au ravito. Je dois absolument faire un arrêt + long que les précédents pour manger et bien boire. Allez maintenant ça va repartir j'espère sur le bon rythme comme à l'entrainement......ben non, le quadriceps gauche s'y met aussi....c'est fini impossible de tourner en moins de 6' 30" (10km/h !!), trop mal, le rêve s'envole, suis au fond du trou et pense à arrêter... et puis là je pense à ma fille ainée et mon fils devant la télé depuis 8h45 pour juste m'appercevoir 1 seconde !!...c'est impossible..tu peux pas le faire, tu vas aller au bout pour eux...ouais je vais aller au bout mais 1h22' pour faire les 12 derniers km effectivement en yoyo avec certains km en 8' !!... les 3 derniers km étant un chemin de croix , la douleur est intense, les mollets s'y mettant aussi. Je passe aussi la ligne d'arrivée sans trop savoir que je la passe..mais putain que c'est bon, c'est FINI !

Voilà, 3h52' 50 à ma montre , bien loin de mes 3h30, 9811 ième sur 32182 partants officiellement. Je suis + épuisé moralement et musculairement qu'au niveau du souffle qui a toujours été là. Excuse moi Oliv, j'étais peu bavard à l'arrivée mais le moral en avait pris un bon coup ! maintenant ça va mieux, aprés tout c'est que du sport !
Moralités : bien choisir son sas ! (mon cousin est le seul de nous 3 à l'avoir fait ! 3h58' à 53 ans pas mal !) ; 3 entrainements de cap / semaine surement pas assez pour préparer un marathon en 3h30 au niveau qui est le mien ; ne pas exercer sa profession de dentiste le lendemain d'un marathon ! (Norbert était terrifié cet aprem !!) ; finalement je ne pense pas m'inscrire à Roth l'année prochaine !!


Récit d'Olivier

Donc voilà, mon 2° marathon de Paris bouclé.

Nous étions donc 2 du club, avec Nico, pour ça l'ambiance hotel en groupe de 2009, restau-pâtes de la veille m'a manqué. Je m'étais préparé un peu mieux que d'habitude, 4 sorties de 23 à 25km , un chouilla de fractionnées, et sur la lancée de la SaintéLyon.

J'avais prévu l'hébergement en famille. Le running-expo (retrait du sac-dossard) au parc des expositions de la Porte de Versaille était toujours aussi grand, bondé de monde. La file d'attente d'une vingtaine de minutes passée : marche arrière parce-que j'avais oublié d'imprimer ma confirmation d'inscription, coup de tampon et les cadeaux-bricoles habituelles. Et ensuite c'était une rice-party cette fois.

Un bonjour à Nico, et attente du lendemain, avec déjà le doute sur mon espoir de 3h30, il fait chaud, et mes jambes ne paraissent pas bien.

Dimanche : réveil 6h, le temps de p'tit déj, vérif, métro. Rencontre avec Nico au pied de l'Arc de Triomphe, il est venu en moto avec son cousin qui participe aussi, lui m'offre une place dans son top-case pour laisser le sac d'affaire: ça c'est super pour éviter l'aller-retour et attente à la consigne merci à lui et Nico. Photo de nous deux.

Nous nous dirigeons vers le sas des 3h30, les Champs-Elysées sot noirs de monde. Il ne fait pas froid, le sac poubelle est tout juste nécessaire. Comme d'habitude dans le sas, les files d'attente pour les toilettes traverses de part en part les sas. Moi je n'ai pas pu évacuer mes besoins, que je vais promener sur 42km, ça ce n'est pas agréable.

Boum départ ! Je peine à calmer mon allure pour me caler sur le porte-drapeau des 3h30, mais ça va bien, les petites douleurs des jambes disparaissent avec l'échauffement. Tout au long de la course je vais respecter tous les ravitaillements, sans exeption, eau et solide. je suis très bien dans mon rythme, et proche du drapeau jusqu'au 32/33° km. Là je m'aperçois que le porte drapeau ralentit à peine au ravitaillement, alors que moi je dois; en fait ça veut dire que je commence à fatiguer et à chopper les jambes dures. Entre temps je rattrape Nico vers le 18°, avec surprise car je pensais qu'il était mieux préparé que moi, il a l'air dans le dur, à voir quand il racontera. Passage des 10, semi, et 30 pile dans le temps de 3h30 : en forme, mais vers le 35°  je suis forcé de nettement, par peur des crampes plus tard. J'ai froid (en pleine chaleur), et des hallucinations : il me manque à peu-près 7km et j'en suis à 2h58 : je me dis 3h30 c'est dans la poche ! pfffff....... mauvais calcul mental et oublis des jambes en bois, quoique sans crampes. J'ai beaucoup rallenti mais je n'ai pas marché, ça devenait très dur au 37°; une tape dans la main de 2 personnes gantées de latex et talon aiguille au bois de Boulogne ne m'apportera pas d'énergie. 2 derniers et arrivée dans le cosmos, je ne sais même plus comment c'était. J'ai titubé dans la zone d'arrivée, mais je me suis remis. Retour vers Nico qui a l'air pas content du tout. Avec beaucoup d'eau, 3 bières et des étirement dans l'après midi me laissent des jambes en assez bon état, y a que le retour en TGV qui est catastrohique.

3h48'03" officiel (07" à ma montre), 8638 au scratch : je suis content; une hygiène de vie un peu améliorée, un entrainement de plus par semaine sur 8, moins de piétinements la veille me feraient passer sous les 3h30.

C'est à faire une fois !!! grosse ambiance, pensez : 40000 coureurs; et sur 42 km je pouvais presque toucher un autre concurrent !