Actualités‎ > ‎

Le Hawaï 2010 de Romu !

publié le 27 oct. 2010 à 23:36 par Stéphane G.   [ mis à jour : 28 oct. 2010 à 00:16 ]
Quelle aventure et il s'agissait bien d'une grande aventure, je vais essayer d'être le plus rapide possible (mais c'est pas gagné)
Lundi matin taxi driver Oliv me récupère à la maison avec comme plan de vol LYON -LONDRES, LONDRES -LOS ANGELES, LOS ANGELES - HAWAII. Durée du voyage 24 heures chrono.
Je passe sur les nombreuses formalités et fouilles en règle.
L'arrivée sur KONA se passe de nuit (coucher du soleil 18h30), la chaleur et la lourdeur se font tout de suite sentir.
Prise en charge d'une voiture de location et direction le PANIOLO GREEN à WAILAOLA (environs 40 minutes de trajet).
Je ne connaissais pas le décalage horaire, c'est bon maintenant je connais les 12 h sont bien présentes.
Mardi , petite nuit ,montage du vélo mais trop fatigué pour rouler , récupération du dossard à KONA , sur la route c'est blindé de triathlètes et que sur des vélos de chrono ( merci lolo ) .
La ville vie 100 % triathlon et 300% triathlète, sa roule, sa court, sa nage dans tous les sens.
La récupération du dossard est faite, petit pique nique sur une plage en compagnie des tortues, se qui m'oblige bien sur à une baignade (eau chaude, pacifique, soleil, tortue que du bonheur).
Mercredi ,reconnaissance du parcours vélo 2 h en compagnie de deux espagnoles ,Marie me récupère au demi tour en voiture et nous finissons la journée en vadrouille ,plage de sable noir et poissons à gogo .
Jeudi, journée volcan, grandiose !
Vendredi, dépose du vélo, sortie 1 h souple en direction de KONA, récupération par marie en voiture et me voila dans l'arène.
Une organisation à l'américaine driver du début à la fin, le parc à vélo me semble minuscule.
The day, samedi
Levé à 3h30 pour un départ de course à 7h00
Marquage au tampon comme les vrais (2 bénévoles par triathlète !)
C'est à se moment que je me retrouve seul dans l'attente du départ, tous les accès sont fermés au public (sécurité américaine)
 
Natation
6H30 le coup de canon libère la vague professionnel, quelle ambiance !
J'essaie de me mettre dans ma bulle en pensant à ma course mais avec l'impression étrange d'être plus spectateur que acteur.
6h45 je me jette à l'eau avec une pensée en direction de la France et plus particulièrement pour les membres du club qui me soutiennent.
7h00 le coup de canon est donné, je dois être en 5 ou 6 ième lignes et c'est parti pour 3800 m en maillot de bain (sans combi, une première). Les sensations ne sont pas mauvaises mais grosse densité, dans la bagarre je me prends un bon coup de pied dans la bouche (sa calme bien).J'arrive au demi-tour et toujours autant de monde (sa nage à Hawaii).
Je finis cette partie natation en 1h06 (peux sûrement mieux faire !), récupération du sac bike et je file dans la tente pour le changement, c'est place grenette un samedi de solde du monde de partout.
Je trouve deux mètres carré pour me changer et file vers mon vélo.
 
Vélo
Énormément de monde en sortie de parc, je me croyais dans une course de vélo ! Le cardio est monté dans les tours j'essai de faire redescendre les puls en pensant que la journée vient juste de commencé.
Sa me double à toute vitesse ! Pourtant je suis à 80% cardiaque ment (pas top, ça) pas d'affolement je reste concentré sur mon schéma de course.
A Hawaii, les gens parlent souvent du vent et je confirme .J'ai passé 40 km à tenir le vélo contre le vent que se soit en monté ou en descente .Un grand bravo à tous les concurrents qui m'on dépassé comme des balles en position aéro, des dingues (je dois vieillir !) . Certains on joués et on perdu et le goudron même à Hawaii est bien dur !
Bien sur vent dans le nez pour le retour, pourtant eric n'était pas là !
Je pose le vélo dans un temps de 5 h 27 pas top, mais bon dans un état de fraîcheur bien présente.
 
CAP
Afin de ne pas reproduire la même erreur qu'à Nice, je m'oblige à partir doucement .Je pars sur les bases de 5' au kil se qui devrait me faire du 3h30 au marathon .Les sensation s sont bonnes et je suis toujours sur la retenu, une petite voix me dit doucement, doucement.
Les 5 premiers kil se passe en 24' c'est bon je suis sur le bon rythme.
Et comme les choses ne sont pas si simple dans le sport au 10 kil , le problème musculaire que j'avais 15 jours avant le départ se réveille et voila la messe est dite impossible de courir
Mon mollet gauche à rendu les armes, mais même pas une seconde la pensée de bâcher mais venu à l'esprit. (Bon un peu de mathématique maintenant), je dois faire 32 kil en marchant !!!!! À environs 4km/h ça fait encore en gros 8 h de marche .L'alternance de marche et de (semblant) de footing me semble le meilleur compromis pour finir le plus rapidement possible .La douleur musculaire est vraiment de plus en plus présente mais j'avance, doucement mais j'avance .Les kilomètres passent et la ligne d'arrivée se rapproche. Dans ce moment de galère mon seul objectif c'est de finir, fini la course, fini la performance, fini le temps, fini le classement.
Je boucle cette partie pédestre en 4h42.
Le passage de ligne d'arrivée est grandiose je termine cet ironman en 11h25.
La performance sportive n'a pas était au rendez vous, mais c'est le sport et il faut en accepter les aléas.
Mais quelle expérience j'en ai pris plein les yeux, et la confirmation qu'à Hawaii tout est grandiose,
L'organisation au top, les ravitaillements, les bénévoles et surtout des athlètes des quatre coins du monde.
 

Voila cette aventure c'est terminée, avec des images pleins la tête et des souvenirs impérissables
Un grand merci aux mamie et papi qui ont gérés mes filles pendants ces 15 jours
Et à tous ceux qui m'on apportés leurs encouragements.

Toutes les photos sont .

Comments